Office de Tourisme




Rudelle

http://www.rudelle.fr

Rudelle a été fondée vers 1250 par Bertrand de Cardaillac, seigneur de Lacapelle-Marival qui accorda gratuitement un terrain à qui s‘engagerait à y bâtir sa maison.

En 1289, le Roi d’Angleterre, Edouard 1er demanda à Géraud de Cardaillac d’y tenir les assises du Quercy.
Le village eut ainsi un développement rapide et il obtint une charte vers 1320.

De sa structure en forme de bastide(1), une des 12 recensées dans le département, Rudelle conserve des rues qui se coupent à angle droit, bordées de vieilles demeures, un pontet et une place centrale tout proche de son église du XIIIème siècle.

A l’origine, celle-ci n’était que la chapelle de « l’hôpital » de Rudelle, que les troubles de la Guerre de Cent Ans imposèrent de fortifier pour servir de refuge à la population lors des passages sanglants des Compagnies et des Routiers.

Vers 1470, à la demande des habitants, la chapelle devint église paroissiale, vouée à Saint Martial, le 1er Evêque de Limoges, vénéré pour ses miracles. Il est fort probable que Rudelle doive son nom au troubadour Jauffré Rudel, originaire de la région et commensal des seigneurs du Quercy.

En effet, sur une des clés de voûte de l’église, figure un symbole héraldique représentant une patte de griffon qui était son emblème.

L’église construite dans un style gothique (XIIIème siècle) est sans doute l’exemple le plus parfait d’église fortifiée dans le Quercy. Son architecture tient davantage du donjon que de l’édifice religieux.

Au rez de chaussée, l’église proprement dite de forme ovale, est composée d’une nef unique voûtée sur croisées d’ogives. A l’étage, se trouve une salle au plan identique rajoutée au XIVème siècle pour recevoir la population lors des pillages, et qui y accèdait par des échelles de bois et des trappes.

Un escalier permettait ensuite de gagner le toit plat, entouré d’un chemin de ronde d’où jaillissent des bretèches, ouvrages en saillie reposant sur des mâchicoulis.

Cet accès trop dangereux est interdit aux visiteurs. L’ouvrage était autrefois entourée de douves, de courtines et de palissades pour assurer sa défense. Des travaux réalisés en 2001 ont contribué à lui rendre toute sa force (contreforts restaurés).

Une statue de la Vierge domine le beau portail gothique sur la façade ouest, et depuis 2005, l’église bénéficie d’un remarquable éclairage nocturne qui met en valeur et souligne ses qualités architecturales. A l’arrière, dans le prolongement de son axe, on peut voir un Oratoire de Saint-Jacques.
A l’entrée sud du bourg, se trouve le « couderc » (place herbeuse) longé par un petit ruisseau que l’on traverse sur un joli pontet, ainsi qu’une fontaine monumentale en pierre qui devait servir aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.
Au hameau proche de Cabrimont existait au XIIèmesiècle une léproserie, dont il ne reste aucune trace si ce n’est une fontaine où les lépreux pouvaient s’approvisionner en eau potable.
(1) Membre de l’association des Bastides du Lot (siège à la Mairie de Labastide-Murat 46240)