Office de Tourisme





AYNAC
   (539 hab)

 

Situé sur l’axe Saint-Céré-Figeac, Aynac se trouve à 11 km du chef-lieu de canton Lacapelle-Marival et à 13 km de Saint-Céré.

 

Situation

En bordure du Limargue et aux portes du Ségala, Aynac est la commune la plus étendue du Pays de Lacapelle-Marival. Son territoire sur lequel on recense une vingtaine de hameaux est sillonné par nombre petites routes ombragées qui en font un havre de fraîcheur et de verdure.

 

A découvrir...

L’attrait principal d’Aynac est son château situé à l’entrée sud du village dans un parc de 10 hectares, entouré d’un mur en pierres et traversé par un ruisseau, dans un cadre de bois et de prairies.

Construit au XVème et XVIème (Renaissance) par Jaquette de Ricard de Genouillac, sœur du grand maître de l’artillerie royale de François 1er ,Galiot de Genouillac, seigneur d’Assier (château à 20 km au sud). Ce fut un fief des vicomtes de Turenne qui rivalisèrent longtemps avec les seigneurs de Cardaillac qui ont profondément marqué l’histoire de la région (château de Lacapelle-Marival et tours de Cardaillac). Louise de Turenne, épouse du comte Raymond de Toulouse-Lautrec (cousin du peintre) et maire de la commune au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat (en 1906), fut la dernière descendante de l’illustre famille à habiter le château avant que la commune n’en fasse l’acquisition en 1972.

Flanqué de quatre tours rondes encadrant un corps de logis central avec une tour rectangulaire centrale plus haute, elle même flanquée d’une tourelle d’angle en encorbellement, le château a un caractère tout à fait particulier encore accentué par la couverture en ardoises des toitures et des élégants dômes des tours d’angles à créneaux et machicoulis . Sur le fronton sculpté par Idrac, on peut voir les armoiries de la famille des Turenne d’Aynac.

Le château classé monument historique en 1988 accueille des classes vertes et d’équitation ainsi que des séjours en roulotte (www.castel-aynac.fr).

L’église romane St Genès du XIIème siècle, elle aussi classée depuis 1913 est remarquable à de nombreux titres. Elle séduit par son remarquable clocher octogonal et par les toits en petites tuiles du causse qui couvrent l’abside elle-même encadrée d’absidioles. La nef est divisée en deux travées, le transept en carré est surmonté par une coupole éclairée d’une ouverture (oculus) en son centre. Une frise à dessins géométriques parcourt la base des voûtes nervées. Tandis que d’élégantes colonnes à chapiteaux sculptées ornent les arcades du transept. A voir également un beau retable en bois doré.

Dans le village, la rue médiévale du Pont-Carral  conserve plusieurs belles maisons dont certaines, soigneusement restaurées.  Plus récent, mais «rétro» en diable, les anciennes pompes rouges d’un poste à essence des années 50.